Club EF&DD

Économie de la Funcionnalité et Developpement Durable

Je veux (mieux) connaitre L’EFC

L’économie de la fonctionnalité est un modèle économique émergent qui cherche à répondre aux limites / impasses du modèle industriel (appliqué à la production de biens ou de service).

Le début de cette page est centré sur l’EFC, ou « économie de la fonctionnalité et de la coopération », qui est un des courants du modèle émergent dénommé « économie de la fonctionnalité ». La dernière partie de cette page revient sur les différents courants qui composent l’économie de la fonctionnalité.

L’EFC, un référentiel support d’un nouveau modèle économique pour les entreprises

Le laboratoire d’intervention et de recherche ATEMIS a travaillé dès le début des années 2000 sur l’économie de la fonctionnalité. Peu à peu ses travaux de recherche et les accompagnements d’entreprise ont amené à préciser les contours d’un modèle en rupture avec le modèle industriel, nommé à partir du milieu des années 2010 Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération (EFC). Une communauté d’intérêt s’est créée et, à partir de 2014, regroupée au sein d’un Institut Européen de l’EFC., afin de promouvoir, mobiliser, approfondir le référentiel de l’EFC.

Une définition courte de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération :

L’économie de la fonctionnalité et de la coopération consiste à concevoir et à produire des solutions intégrant des biens et des services selon deux dynamiques :

  • La première (stade 1) consiste à passer de la vente de biens ou de services, dissociés les uns des autres, à la contractualisation d’une performance d’usage et/ou d’effets utiles fondée sur leur intégration.
  • La seconde (stade 2) consiste à élargir le périmètre des activités et des acteurs de telle manière que le saut systémique que cela engage permette à l’écosystème productif de prendre en charge des externalités négatives environnementales et sociales, repérables sur un plan territorial.

Ces solutions se contractualisent sur la base d’engagements réciproques, favorisant la convergence d’intérêts entre les différentes parties prenantes sur un plan territorial.

L’EFC, un référentiel support d’un nouveau modèle économique pour les entreprises

Plusieurs ressources sont disponibles pour appréhender de façon plus complète l’EFC comme point d’appui pour penser de nouvelles trajectoires d’entreprises. Des éléments de définition complémentaires sont apportés via une note réalisée dans le cadre du programme Européen ERASMUS+ CREPE-EFC qui expose également dans les premières pages les limites de modèle industriel auxquelles l’EFC cherche à apporter des réponses.

Dans le cadre du même programme, une vidéo (17 mn) reprend une définition complète de l’EFC :

Bien entendu il est nécessaire de pouvoir compléter des éléments de définition par la façon dont l’EFC permet à des entreprises d’initier de nouvelles trajectoires. Des vidéos, des présentations de dirigeants, des fiches synthétiques sur des exemples existent sur différents sites. Nous vous invitons à accéder aux exemples suivants : 

Dans le cadre de l’étude prospective pilotée par ATEMIS pour le compte de l’ADEME (lien vers le rapport), des exemples complémentaires de trajectoires d’entreprises ont été présentés sous forme de fiche synthèse :

L’EFC comme un point d’appui pour répondre aux enjeux de transition vers un modèle de développement durable à l’échelle des territoires

A la demande de l’ADEME, ATEMIS a produit en 2018 une note qui présente l’EFC comme une voie vers le développement de territoires durables. Ce document pose comme hypothèse que le principal défi à relever à l’échelle des territoires infranationaux est la capacité à penser et mettre en œuvre une articulation entre :

L’hypothèse est que cette articulation prend la forme d’écosystèmes coopératifs territorialisés.

Le document comprend 6 parties :

Ce document a pour vocation de servir de texte de référence dans le cadre d’un projet d’accompagnement de territoires s’engageant dans une trajectoire de développement économique, social et écologique mobilisant le référentiel de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération (EFC), le programme Coop’Ter .

Une approche de l’EFC au travers d’une prospective

En 2015 l’ADEME a lancé un marché pour la réalisation d’une étude prospective dédiée à mieux percevoir en quoi le modèle émergent de l’économie de la fonctionnalité pouvait être une réponse permettant une prise en charge des enjeux portés par l’Agence (économie d’énergies, réduction des impacts environnementaux liés aux modes de production et de consommation).

ATEMIS a été choisi pour réaliser ce travail, travail mené en lien avec un ensemble de membres partenaires de l’Institut Européens de l’EFC.

Une des demandes de l’ADEME consistait en la rédaction d’une vision, terme « pris au sens d’une « réussite ». La vision relève en quelque sorte de l’utopie, non pas dans le sens commun d’irréalisable, mais dans le sens d’un projet souhaitable qui en rencontrant une audience pourrait trouver à se réaliser » (cahier des charges de l’étude prospective).

Au travers des différentes parties de la vision, le lecteur peut appréhender la façon dont la dynamique servicielle portée par l’EFC se décline dans différentes situations telles que la prise en charge des enjeux alimentaires, la réalisation d’une rénovation d’immeubles en coût élargi partagé, la mise en place d’un groupement d’entreprises coopérantes au service de la performance des collectifs de travail, le déploiement d’un écosystème industriel organisé autour de communs productifs, l’évolution du métier d’intendant au service du bien être au travail et de la qualité du développement territorial.

Les autres parties de la prospectives permettent d’accéder à l’analyse du système de variables, aux 4 scénarios issus de cette analyse, ainsi qu’aux 6 enjeux à prendre en charge / à faire progresser pour tendre vers le modèle souhaitable, ainsi qu’à un lexique. D’autres éléments sont également disponibles dans le rapport annexe.

Lien vers le rapport prospective et les documents associés

L’EFC, un courant de l’économie de la fonctionnalité

Modèle  émergent, l’économie de la fonctionnalité est portée par plusieurs courant de pensée en France et à l’étranger.

En 2016, le Club Economie de la Fonctionnalité & Développement Durable a consacré une séance pour présenter et discuter les différentes conceptions de l’économie de la fonctionnalité. Les 3 approches suivantes ont été déclinées :

Le compte-rendu de la séance permet de retrouver la présentation et les échanges.

L’ADEME, de son côté, a identifié 3 principaux courants :

Une note de l’ADEME (mai 2017) propose une la définition suivante de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération :

L’économie de la fonctionnalité consiste à fournir aux entreprises, individus ou territoires, des solutions intégrées de services et de biens reposant sur la vente d’une performance d’usage ou d’un usage et non sur la simple vente de biens. Ces solutions doivent permettre une moindre consommation des ressources naturelles dans une perspective d’économie circulaire, un accroissement du bien-être des personnes et un développement économique.

Puis l’ADEME revient sur les différents référentiels et les logiques qui les sous-tendent. Elle identifie 2 principales logiques, complémentaires :